Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le père de l'enfant sauvé par Mamoudou Gassama condamné à 3 mois de prison avec sursis

Le père de l'enfant sauvé par Mamoudou Gassama condamné à 3 mois de prison avec sursis

Le 11 octobre 2018

La vidéo du sauvetage de son enfant a été vue des millions de fois. Le père du garçonnet suspendu dans le vide à un balcon et sauvé par Mamoudou Gassama, le 26 mai dernier, comparaissait ce 25 septembre devant le tribunal correctionnel. Il a écopé de trois mois de prison avec sursis pour soustraction à ses obligations parentales.

Le parquet avait requis une peine de six mois de prison avec sursis, ce sera finalement trois. Le procès du père de l'enfant sauvé par Mamoudou Gassama le 26 mai dernier s'est tenu ce 25 septembre. L'homme devra également réaliser un stage de "responsabilité familiale". Retour sur les faits.

Parti faire des courses ce 26 mai, le trentenaire laisse, seul chez lui, le petit Raphaël, âgé de quatre ans. Les emplettes achevées, le père du garçonnet fait un détour pour jouer à Pokemon Go, célèbre application de jeu en réalité augmentée. Voyant un attroupement au bas de son immeuble en rentrant, le père réalise alors ce qu’il vient de se passer. Il est placé en garde à vue le soir même. Rapidement libéré, il est cité à comparaître pour « soustraction à des obligations parentales».

Une infraction réprimée par l’article 227-17 du code pénal par des peines pouvant aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende.

Traumatisme et « culpabilité totale »


L’avocat du père de l’enfant, Romain Ruiz, explique à Marianne que son client est depuis plongé dans une « culpabilité totale ». « Il a tout de suite compris les conséquences dramatiques qu’aurait pu induire son absence », rapporte Me Ruiz. Son client ne souhaite ni ne peut s’exprimer – fonctionnaire, il est soumis à un devoir de réserve.

La famille, qui a depuis quitté le 18èmearrondissement de Paris, a été «fortement traumatisée » par l’emballement médiatique ayant suivi le sauvetage. « Lorsque mon client est sorti de garde à vue, un attroupement de journalistes l’attendait au bas de l’immeuble. Il y avait des caméras du monde entier, y compris CNN et Fox News », rapporte Me Ruiz.

Pendant quelques jours, des badauds prennent des selfies avec la façade de l’immeuble, devenue célèbre. Des ‘tour operator’ improvisés sont organisés dans le quartier de l’enfant miraculé – qui, à l’instar de toute sa famille, a dû vivre cloîtré dans un appartement aux volets fermés, alors que des journalistes toquaient à la porte, caméra sur l’œilleton. « Il a fallu expliquer aux enfants pourquoi ils ont du rester dans le noir pendant quelques jours. Bien sûr, cela a été très difficile », se souvient l’avocat qui a plaidé la relaxe, l’infraction n’étant pas, selon lui, « juridiquement constituée ».

Gassama naturalisé

La vie de Mamoudou Gassama, le sans-papiers malien qui avait gravi quatre étages en trente secondes pour sauver le garçonnet, a basculé en quelques heures. Deux jours après son acte héroïque, le jeune homme était reçu par le président, gratifié d’une médaille, de la promesse d'acquisition de la nationalité française et d’un service civique aux pompiers de Paris. Accueilli en héros à Bamako deux semaines après le sauvetage, Mamoudou Gassama a été reçu par le président malien avant de s’envoler pour Los Angeles, où il a été récompensé lors d’une cérémonie célébrant les actes de bravoure de la communauté afro-américaine. Depuis, le jeune homme se fait discret. Il a obtenu, le 11 septembre, la nationalité française.